Visitez le réseau des sites de Pratico-Pratiques
Accueil | Trucs | Jardinage | Les conditions idéales pour des semis intérieurs
Les conditions idéales pour des semis intérieurs
/ 5

Les conditions idéales pour des semis intérieurs

La température

Certaines plantes germent au chaud, d’autres au frais, mais la majorité des graines germent à des températures entre 18 et 22 ºC, c’est-à-dire des températures normales de maison.C’est pourquoi on sème à la température de la pièce sauf indication contraire.

L’humidité

L’humidité est un facteur très important du succès de la germination. Le taux d’humidité autour des semis doit être élevé, soit d’environ 85%. C’est la raison pour laquelle on place un dôme transparent par-dessus les contenants. On arrive aumême résultat en plaçant le contenant dans un sac de plastique transparent. Lorsque le taux d’humidité s’approche de 100 %, il se forme des gouttelettes à la surface du recouvrement (dôme ou sac).On sait alors que le taux d’humidité est trop élevé. Pour l’abaisser, il suffit d’aérer quelques minutes.

La lumière

En règle générale, les semences ont besoin de lumière pour germer. Cela dit, certaines semences germent dans l’obscurité et d’autres sont indifférentes aux conditions d’éclairage. Toutefois, aucune plante ne peut croître dans l’obscurité. Les jeunes plants, en particulier, ont besoin de beaucoup de lumière. Idéalement, il faut leur procurer entre douze et seize heures de lumière par jour. Puisque la majorité des graines germent à la lumière, on sème à la lumière. Il peut s’agir du rebord d’une fenêtre orientée à l’est ou au sud-est, recevant beaucoup de lumière et juste un peu de soleil direct le matin. Lorsque les graines germent, les plants sont ensuite déplacés au plein soleil.

Toutefois, pour de meilleurs résultats, l’éclairage artificiel est idéal. Pour un investissement de 50 à 100 dollars, on peut se procurer un luminaire et deux tubes fluorescents de 90 cm de long. Des tubes de type «Cool White », peu dispendieux, donnent de très bons résultats. Cependant, on peut opter pour des tubes fluorescents de type professionnel comme «Grolite ».

Au moment de l’installation, on place les tubes fluorescents à environ 30 cmdes plateaux à semis. Il est même possible d’ajouter uneminuterie à un système d’éclairage artificiel. Celle-ci se charge d’allumer et d’éteindre automatiquement les tubes fluorescents.

L’aération

Curieusement, une graine a besoin d’eau,mais aussi d’air pour germer. Il est donc essentiel de maintenir le terreau légèrement humide, mais non détrempé. Un surplus d’eau bloque la circulation de l’air dans le sol. Les terreaux spécialement conçus pour les semis combinent la rétention d’eau à la présence d’air.

L’arrosage

Généralement, il n’est pas nécessaire d’arroser les semences avant la germination. L’eau déjà présente dans le terreau et un haut taux d’humidité qui empêche l’évaporation suffisent durant les premières semaines. S’il faut humidifier à nouveau le terreau, on le fera par bassinage. Cela signifie que l’on fait tremper le contenant à semis quelques minutes dans un récipient d’eau à la température de la pièce. Ainsi, l’eau est absorbée par le dessous. Dès que l’on observe un peu de terreau à nouveau humide à la surface, on replace le contenant à semis sous le dôme ou dans le sac de plastique.

Dès que le taux d’humidité approche de 100 %, de fines gouttelettes d’eau s’accumulent sur les parois du dôme de plastique. On abaisse légèrement le taux d’humidité en aérant les semis.

Les jeunes semis sont arrosés par bassinage. Ainsi, on ne risque pas de provoquer des excès d’eau responsables des maladies fongiques.

Sachez que l’arrosage « par le haut » est pratiqué sur des plants bien développés seulement. Un flux d’eau trop abondant tend à déplacer les petites semences et parfois même à les enfouir plus profondément. De plus, trop d’eau en surface favorise le développement de maladies fongiques.



Vous aimerez peut-être également

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *